Le fromage Wagashi du Bénin

La production du fromage est une facette intégrante de la culture peule au Bénin.

Suivez la vidéo :

Premièrement présentée par les marchands Dendi il y a des centaines d’années, les Peuls ont rapidement adopté cette méthode unique de traitement de leur lait.  La production de wagashi détient désormais un rôle central dans la vie des Peuls au Bénin. Contrairement aux fromages connus dans la plupart des pays, le wagashi n’effile pas à une température élevée.

20110214-IMG_1616.jpg

Il y a plusieurs années, Corfilac (http://www.corfilac.it), une organisation italienne dédiée à l’étude des méthodes de fromage traditionnel, a pris acte de la production du fromage Peul. Impressionnés par les qualités de ce fromage entièrement naturel, ils ont investi dans un projet visant à commercialiser le wagashi au Bénin. Corfilac a construit un centre culturel peul dans la ville de Pehunko.  Le centre sert non seulement comme usine de conservation de wagashi, mais aussi un lieu de retrouvaille des Peuls.  Les femmes y viennent pour chercher de l’eau et les enfants pour étudier et jouer.

20110214-IMG_1668.jpg

Nous avons eu la chance d’être accueilli au centre par Toko Wahab, un ingénieur agronome qui est l’un des responsables du centre. Bien que le wagashi soit traditionnellement vendu dans les marchés locaux, le centre achète du fromage directement des femmes qui le produisent dans leurs camps. Le fromage est stérilisé au centre après quoi il est destiné à la vente dans les restaurants et les magasins de Cotonou. Nous avons visité les camps de proximité où les fromages sont fabriqués, et Toko nous a présenté comment le fromage est testé et traité.

20110214-IMG_2027.jpg
Cette famille a transhumé de Gogonou, un village à l’est de Pehunko.

20110214-IMG_2035.jpg
Quel plaisir de boire une bouillie de mille avec du lait frais !

20110214-IMG_2002.jpg
Habitat des transhumants.

20110214-IMG_2047.jpg
20110214-IMG_2011.jpg
20110214-IMG_2020.jpg

Dans la culture Peule, les vaches appartiennent aux hommes, mais le lait appartient aux femmes.

En tant que tel, les femmes se chargent de la production du fromage et de la gestion des revenus du lait.

20110214-IMG_2081.jpg
20110214-IMG_2067.jpg

Les bracelets en aluminium sont appréciés par les femmes peules.

20110214-IMG_2082.jpg
Et les boutons font des beaux bijoux aussi !

20110214-IMG_2053.jpg

L’écrasement de la tige de la pomme de Sodome, servant de coagulent pour la fabrication du fromage.

20110214-IMG_1647.jpg
Le mélange de la pulpe avec le lait.

20110214-IMG_2018.jpg

Le mélange est placé sur le feu.

20110214-IMG_1634.jpg

Une fois coagulé, le caillot obtenu est égoutté dans une passoire.

20110214-IMG_2068.jpg
Une demi-heure plus tard, le fromage est prêt et un employé du centre vient pour l’achat.

20110214-IMG_2110.jpg

A l’usine, Toko stérilise les fromages en les faisant bouillir. Ensuite, ils sont scellés en plastique, réfrigérés et emballés pour la vente.

Share

6 Responses to “Le fromage Wagashi du Bénin”

  1. Ramata BARRY TRAORE says:

    Bonjour,

    Félicitations pour ce travail de professionnels : les images sont très belles ! Je félicite également le centre pour ce travail génial. Cette expérience mérite d’être étendue à toutes les localités où il y a des peuls pour la vulgarisation d’un fromage de qualité supérieure et pour permettre aux femmes peules de subvenir à leurs besoins. Bon vent à vous.

  2. SEHO says:

    VERY NICE IDEA! L’AFRIQUE A DU POTENTIEL, FELICITATION

  3. ARRIBAT says:

    Bonjour,

    où peut-on trouver ce magnifique fromage en France?Est-il exporté?

    Bravo pour le travail déjà accompli!Merci pour votre réponse.

    B.Arribat

  4. Sonia says:

    Good job guys
    where can i find it in Washington DC
    Thank you

  5. G aabeni says:

    Nice projet je voudrais avoir un peu plus d’information on ce qui concerne l’emballage du wagashi

  6. Body says:

    Bonjour,
    félicitation au centre et à ses animateurs sur toute la ligne. Nous voulons pareil centre à Ouagadougou. Je suis un producteur laitier qui a en moyenne 100 litres de lait par jour. Mes semblables sont très nombreux dans les périphériques de la villes de Ouagadougou. Actuellement, nous sommes en pénurie de courant qui met en péril la production et la commercialisation du frais.
    ce magnifique projet pourrait nous tirer d’affaire.