Au Paturage à Walewale, Ghana

Film:

Si on veut trouver la dernière savane sauvage dans le Ouest de L’Afrique, il faut aller jusqu’au Ghana. Là, les éleveurs Peuls sont chez eux. Bien sûr que nous avons voulu visiter cette savane nous-mêmes :

20110223-IMG_2829.jpg

Nous y avons trouvé une énorme savane, pas encore exploitée par les bucherons, ni ravagée par le feu.

Près de la ville de Walewale, nous avons rencontré un chef peul, un Sheikh nommé Hajji Idrissa :

20110225-IMG_3035.jpg

Seuls ceux ayant effectué un pèlerinage à La Mecque sont nommés « Hajji ».

20110223-IMG_2835.jpg

Hajji Idrissa et ses conseillers regardent les films du Projet Pulaku.

Hajji Idrissa est un chef musulman très respecté. Il est aussi le propriétaire de plusieurs mille bêtes. Fier de nous recevoir chez lui, il nous a invité à rendre visite à son troupeau.

C’est la saison sèche donc le troupeau d’Idrissa, gardé par ses fils, est à la recherche de l’eau. Nous les avons retrouvés dans la savane, dix kilomètres plus loin :

20110224-IMG_2902.jpg

Ses fils passent la saison sèche à la recherche de l’eau et la végétation, n’apportant avec eux que l’essentiel.

20110223-IMG_2860.jpg

Le troupeau, contenant plusieurs milles vaches, est un des plus grands du Ghana.

20110223-IMG_2856.jpg

20110223-IMG_2883.jpg

Les fils d’Idrissa travaillent sept jours à la fois.

20110224-IMG_2933.jpg

Après une nuit sous les étoiles, Souleymane nous a préparé un petit-déjeuner : wesselari, une bouillie de semoule de maïs très épaisse.

20110224-IMG_2964.jpg

Chaque jour, les garçons marchent de 10 à 15 kilomètres avec leurs vaches.

20110224-IMG_2900.jpg

Les veaux les plus jeunes sont protégés par un cercle de branches épineuses pour éviter qu’ils suivent leurs mères à travers la savane.

20110224-IMG_2984.jpg

Le troupeau boit l’eau de la Volta Blanche.

20110224-IMG_3010.jpg

Après avoir bu, les vaches s’étalent à la recherche de végétation nourrissante.

20110224-IMG_2994.jpg

Pendant ce temps, les garçons prennent un repos dans l’ombre. Au Ghana, la température est souvent plus de 30 degrés.

20110224-IMG_3005.jpg

20110224-IMG_2948.jpg

À la fin de la journée, ils rentrent au camp pour traire les vaches, manger du wesselari, et dormir en plein air. Demain ? Ils continueront avec leur travail.

Share

5 Responses to “Au Paturage à Walewale, Ghana”

  1. Amazing images, Christoph. Trying to keep those cattle alive in the dry season looks unbelievably challenging.

  2. Shari Crist says:

    Beautiful. We especially liked this video. Carl, too. My grandpa raised cattle, and he would have found this very interesting. I wished that he were alive to watch it with us, because I know he would have enjoyed it. The plains of Ghana reminded me of the plains in Mali. No burning there, either.

  3. Musa says:

    Nice pictures. It remains me of my childhood when i use to carry out the same activity with my elder brothers. But nowadays in cameroon some of our younger fulani brothers are not oppotuned to undergo this search for pasture. Because being in an evolving environment( encroachment of towns to grazing areas; education…) our parents prefer to stay in town while handing the responsible of his catttle to sheperd and their children just play supervision rule. Guys i will like to ask you a question; why is it that you have not visited central africa? cos many fulani kin groups are spread over in the countries of this region exple. Cameroon where i am. Believe that i have a fulani neighbour who has 22.000 cows and about 3.000 horses.

    thanks
    hope to see you

  4. Mamadou says:

    vraiment c super ça me redonne des souvenir de ma cher Mauritanie j ai les vache ma famille en a ses centaines

    fier d’etre peul

  5. tu nous a fait revire le monde peul
    merci infiniment