Bôkôlô : un village à un seul puits

Au Sud du Mali, nous avons traversé une belle région nommée le Pays Dogon. Tandis que les touristes viennent en masse pour se promener à travers ce paysage phénoménal et pour découvrir la culture du peuple Dogon, une large population Peule y réside aussi.

(film)

20110307-IMG_3891.jpg

Habitant sur la périphérie de villages Dogons, les Peuls ne sont souvent pas vus par les touristes. Mais ils y sont, gardant leurs troupeaux de vaches, et ceux des Dogons.

Nous avons passé quelques jours à Bôkôlô, un petit village Peul à 15km de la ville de Bandiagara.

20110310-IMG_4331.jpg
20110310-IMG_4319.jpg

Le défi d’eau est endémique dans la région du Sahel, et nous avons déjà entendu beaucoup d’histoires à ce sujet dans les communautés Peuls. Les défis d’eau sont presque attendus : la région doit patienter des mois entre précipitations d’eau. C’est en fonction d’être Sahélien qu’on creuse des puits et cherche des points d’eau. Mais avec l’accroissement de la population, la fiabilité de l’eau diminue. Dans le village de Bôkôlô, plusieurs centaines de résidents n’ont accès à qu’un seul puits.

20110310-IMG_4311.jpg

Voilà de l’eau pour la communauté entière: on le boit, les bêtes le boivent, on l’utilise pour la lessive, et on y baigne.20110310-IMG_4316.jpg

Le puits est à un demi-kilomètre du village, en marche.

20110310-IMG_2300.jpg

Cette femme nous a expliqué qu’ils ont toujours eu des problèmes d’eau dans le village, et le puits singulier ne suffit pas.

Le puits a été creusé et établi par un ONG étranger. Une demande a été remise au gouvernement pour la construction d’un nouveau point d’eau, mais aucune réponse n’est encore revenue.

20110310-IMG_4254.jpg

Bôkôlô n’est qu’un village parmi nombreux face à cette situation. A travers toute la région du Sahel, les communautés Peules sont touchées par le défi d’eau, la désertification et la rareté des ressources.

Pendant notre visite, nous avons assisté à une séance musicale :

(film)

Sur la gauche de la photo un homme bat sur  un tambour de calebasse. L’instrument à la droite s’appelle un « djouroukelerou » et ne porte qu’une seule corde.

20110309-IMG_3937.jpg

Voici un « djouroukelerou »-iste qui s’est fabriqué un amplificateur lui-même avec un lecteur de cassette. Le timbre était singulier.

Autres photos de Bôkôlô :

20110310-IMG_4004.jpg

Nous passions des heures sous les branches de cet arbre de neem. L’ombre produite nous était vraiment opportune.

20110310-IMG_4275.jpg

Beaucoup d’enfants jouent à faire rouler les pneus.

20110310-IMG_4332.jpg

Encore une autre couchée de soleil magnifique…

Share

One Response to “Bôkôlô : un village à un seul puits”

  1. Ianissimo says:

    Regarding the water… the question that was begging an understanding was, should the population of this group be growing somewhere where they cannot find more water themselves in a sustainable way?

    Excellent photos and videos!